澳门巴黎人

中文  |   |   |   | 

  翻译园地
外交部部长王毅回答中外记者提问 (2)
发布日期:2018-07-25 16:37:36     阅读数:10410     关闭

Le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi répond aux questions des journalistes chinois et étrangers sur la politique étrangère et les relations extérieures de la Chine  (2)

The Paper : Cette année marque le 15e anniversaire du partenariat stratégique Chine-ASEAN. Qu'est-ce que la Chine envisage de faire pour développer ses relations avec l'ASEAN ?

Wang Yi : Cette année marque le 15e anniversaire du partenariat stratégique Chine-ASEAN, elle ouvre de nouvelles perspectives pour ce partenariat.

Depuis 15 ans, la coopération Chine-ASEAN a connu un développement vigoureux et donné des fruits abondants. Pendant 9 ans consécutifs, la Chine reste toujours le premier partenaire commercial de l'ASEAN. L'année dernière, le volume des échanges commerciaux entre les deux parties a franchi le cap de 500 milliards de dollars américains, 40 millions de voyages ont été enregistrés entre les deux c?tés, ce qui a apporté des avantages réels aux près de deux milliards d'habitants de la Chine et des pays de l'ASEAN. La coopération Chine-ASEAN est déjà devenue l'exemple le plus réussi et le plus dynamique de la coopération en Asie-Pacifique.

En 2018, l'ASEAN restera la priorité dans l'agenda de notre coopération avec l'extérieur. Nous travaillerons pour porter le partenariat stratégique Chine-ASEAN à un niveau plus élevé et construire une communauté de destin plus étroite. Nous allons surtout travailler dans les trois domaines suivants : 1) Tracer un nouveau plan. ?laborer la Vision 2030 pour le partenariat stratégique Chine-ASEAN et mieux associer l'initiative ? la Ceinture et la Route ? avec les plans de développement de l'ASEAN. 2) Développer de nouveaux champs de coopération dans les trois piliers que sont politique et sécurité, économie et commerce, échanges humains et culturels, et définir plus de projets de coopération pour obtenir plus de fruits de coopération. 3) Atteindre un nouveau palier. Développer davantage la Ceinture du développement économique le long du bassin Lancang-Mékong, construire un cadre de coopération avec la zone BIMPT-EAGA, soutenir la construction de la communauté de l'ASEAN et conclure au plus t?t le RCEP.


The Straits Times : La situation en Mer de Chine méridionale est calme. Mais certains craignent que les travaux menés par la Chine dans des ?les en Mer de Chine méridionale ne conduisent à une militarisation de ces eaux. Est-ce possible que la Chine et l'ASEAN concluent un code de conduite (COC) d'ici fin d'année ?

Wang Yi : La détermination et la sincérité de la Chine pour préserver la paix et la stabilité en Mer de Chine méridionale sont inébranlables et constantes. Le point de départ dans la gestion de cette question est d'être responsable envers le peuple chinois, les faits historiques, la paix dans la région et l'état de droit international. Cette position reste ferme et constante.

Il existe surtout des opportunités en Mer de Chine méridionale. La situation s'est nettement stabilisée. La Chine et les pays de l'ASEAN sont unanimes à estimer qu'il faut préserver ensemble la stabilité obtenue au prix de grands efforts par l'élaboration d'un COC. Il y a quelques jours, la Chine et les pays de l'ASEAN ont tenu leurs premières consultations sur le texte et des progrès encourageants ont été enregistrés. Ils ont décidé de tenir au moins trois consultations d'ici fin d'année. La Chine et les pays de l'ASEAN ont la volonté et la capacité de fixer de manière autonome les règles régionales qui correspondent à la réalité et seront observées par toutes les parties.

Le plus grand défi en Mer de Chine méridionale, c'est que certaines forces extérieures ne souhaitent pas voir l'apaisement de la situation. Elles cherchent à semer la discorde et à créer des troubles. Quant à la militarisation, l'envoi de temps en temps de navires et d'avions bien équipés dans cette région pour montrer la force, voilà ce qui constitue la plus grande perturbation pour la paix et la stabilité.

? Les montagnes ne sauraient jamais empêcher les fleuves de se jeter dans l'océan.? En 2018, nous ?uvrerons ensemble avec les pays de l'ASEAN à saisir les opportunités, à élargir la coopération, à écarter les perturbations et à surmonter les défis. Nous allons préserver les acquis obtenus, accélérer le processus de consultations sur le COC, explorer activement des possibilités d'établir un mécanisme de coopération entre les pays riverains, et ce afin de faire régner la paix et la coopération en Mer de Chine méridionale.

CGTN:Cette année, la Chine organisera un nouveau sommet du FCSA, 12 ans après le sommet de 2006. Qu'attendez-vous de ce sommet ? Que fera la Chine pour poursuivre le principe de sincérité, de pragmatisme, d'amitié et de franchise dans la nouvelle ère ?

Wang Yi : Sur les relations sino-africaines, comme l'a dit le Secrétaire général Xi Jinping avec perspicacité, la Chine et les pays africains sont des amis à toute épreuve. C'est ce que nous ne pouvons jamais oublier. Quels que soient les changements dans le monde et quoi que les gens disent, la profonde amitié entre la Chine et l'Afrique restera toujours inébranlable, et le concept de sincérité, de pragmatisme, d'amitié et de franchise que poursuit la Chine dans les relations sino-africaines ne changera pas.

En tant que bon frère et bon partenaire des pays africains, nous avons toujours à c?ur les besoins et les intérêts des pays africains, et nous t?chons de répondre à leurs besoins urgents. L'Afrique a devant elle deux missions importantes, celles de préserver la paix et la sécurité et de promouvoir le redressement et le développement. En fonction de leurs besoins réels, la Chine travaillera pour renforcer les efforts de bons offices dans le règlement des points chauds et intensifier la coopération dans les domaines de la sécurité non-traditionnelle, comme la lutte contre le terrorisme, la piraterie et les calamités naturelles, pour aider les pays africains à accro?tre sans cesse leurs capacités de préserver la paix et la sécurité.

Les pays africains sont des partenaires importants et indispensables dans la nouvelle marche de la construction de la communauté de destin pour l'humanité. Nous invitons nos frères et s?urs africains à continuer à prendre le train express du développement de la Chine. En septembre prochain, le sommet du FCSA se tiendra en Chine. Les dirigeants chinois et africains vont se retrouver à Beijing 12 ans après le sommet de 2006 pour discuter de la coopération sino-africaine dans la nouvelle ère. Ce sommet se focalisera sur la construction commune du projet ? la Ceinture et la Route ? et de la communauté de destin sino-africaine. ? nous d'associer l'initiative ? la Ceinture et la Route ? avec le Programme 2030 de l'ONU, l'Agenda 2063 de l'UA, ainsi que les stratégies de développement des pays africains. Le Sommet donnera des ailes à la coopération Chine-Afrique pour qu'elle prenne un élan plus vigoureux et aille plus loin gr?ce à l'initiative ? la Ceinture et la Route ?.

Kyodo News : Cette année marque le 40e anniversaire du Traité de paix et d'amitié entre la Chine et le Japon. Est-ce qu'il y aura un échange de visites des dirigeants des deux c?tés ? Qu'attendez-vous du développement futur des relations sino-japonaises ?

Wang Yi : Ces derniers temps, le Japon a adopté une politique chinoise plus claire et plus active, et les relations sino-japonaises ont devant elles un rare élan d'amélioration. La Chine s'en réjouit. Si le Japon s'abstient d'hésiter, de s'agiter et de reculer, et voit objectivement et reconna?t le développement de la Chine, la Chine est prête à avancer dans la même direction avec le Japon pour ramener ensemble les relations bilatérales dans une voie de développement sain et stable.

Cette année marque le 40e anniversaire du Traité de paix et d'amitié entre la Chine et le Japon. Il y a 40 ans, ce traité a consacré sur le plan juridique les principes politiques fixés lors de la normalisation des relations sino-japonaises, tels que l'attitude correcte envers l'histoire et l'attachement au principe d'une seule Chine. Il a fixé le cap de la coexistence pacifique et de l'amitié de génération en génération. Rester fidèle à l'engagement initial assure le succès. 40 ans après, à ce moment charnière, nous espérons que le Japon sera crédible sur le plan politique et agira de manière appropriée pour préserver effectivement la base politique des relations bilatérales et traduire en actes le consensus politique selon lequel les deux pays sont des partenaires et non une menace l'un pour l'autre. Je suis convaincu que si les relations sino-japonaises continuent de s'améliorer, les conditions se réuniront pour les échanges de haut niveau, et la paix et l'amitié redeviendront le courant principal des relations bilatérales.

Phoenix TV : Comment voyez-vous la stratégie ?tats-Unis-Japon-Inde-Australie axée sur l'Indo-Pacifique ? Pensez-vous que c'est un ? encerclement ? visant la Chine ?

Wang Yi : Dans ce monde, des sujets de débat ne manquent pas. Ils sont comme des mousses dans le Pacifique et l'océan Indien. Ils pourraient attirer de l'attention pendant un moment, mais finiront par tomber rapidement dans l'oubli. Certains analystes et médias disent que cette stratégie axée sur l'Indo-Pacifique a pour but d'encercler la Chine, mais les quatre pays ont immédiatement fait savoir qu'ils ne visent aucun pays. J'espère qu'ils sont sincères et qu'ils feront ce qu'ils disent. Aujourd'hui, la logique de la guerre froide est déjà archa?que, et la confrontation des petits groupes n'a plus de marché.

PTI : L'année 2017 était une année difficile pour les relations sino-indiennes. Qu'est-ce que la Chine envisage de faire pour développer les relations sino-indiennes cette année ?

Wang Yi : Les relations sino-indiennes maintiennent un élan de développement. Elles ont traversé des difficultés et des épreuves. La Chine a défendu fermement ses droits et intérêts légitimes et a pris en compte l'intérêt général des relations bilatérales. Les dirigeants des deux pays ont déjà dégagé un important consensus stratégique sur les relations bilatérales, à savoir le dragon chinois et l'éléphant indien doivent danser l'un avec l'autre mais non se battre. Un plus un font non seulement deux, mais aussi et surtout onze.

Face à la situation internationale en mutation constante, de plus en plus de personnes clairvoyantes sont conscientes que pour les deux grands pays en développement, peuplés chacun de plus d'un milliard d'habitants, qui avancent vers la modernisation, la chose la plus importante, c'est la compréhension et le soutien mutuels et il faut éviter la méfiance et les querelles inutiles. La question à régler d'urgence entre la Chine et l'Inde, c'est la confiance mutuelle. Avec une confiance mutuelle politique, même l'Himalaya ne saurait empêcher le renforcement des échanges amicaux. Mais sans cette confiance mutuelle, les deux pays n'arrivent jamais à se rapprocher même s'il n'y a aucun obstacle. Entre la Chine et l'Inde, il y a plus de terrains d'entente que des désaccords et plus d'intérêts communs que des frictions. La Chine entend valoriser l'amitié traditionnelle avec l'Inde et être ami et partenaire du peuple indien. Nous espérons que les deux parties agiront à c?ur ouvert et avanceront dans la même direction. Il faut remplacer la méfiance par la confiance, gérer les divergences par le dialogue et créer l'avenir par la coopération.

Radio Chine internationale : Les 11 pays participant aux négociations de CPTPP ont convenu de signer aujourd'hui l'accord dont l'entrée en vigueur est prévue au plus t?t pour 2019. Qu'en pensez-vous ?

Wang Yi : La Chine n'est pas partie au CPTPP, mais elle soutient toujours fermement la libéralisation du commerce. C'est aussi un acteur important de la coopération et de l'intégration économique en Asie-Pacifique. En 2014, c'était juste sous l'impulsion de la Chine que les dirigeants de l'APEC ont lancé à Beijing le processus de création de la zone de libre-échange Asie-Pacifique. Et le RCEP auquel la Chine prend une part active est un dispositif en négociation qui couvre le plus d'habitants et qui comprend le plus grand nombre de membres. La Chine sera favorable au RCEP et au CPTPP, tant qu'ils favorisent l'intégration économique en Asie-Pacifique, correspondent aux principes de transparence, d'ouverture et d'inclusivité et permettent de préserver le système mondial de libre-échange organisé autour de l'OMC. Nous souhaitons aussi voir une coordination et une interaction saine entre les dispositifs de libre-échange en Asie-Pacifique et espérons qu'ils joueront un r?le constructif dans la lutte contre le protectionnisme commercial et dans la construction d'une économie mondiale ouverte.

Radio France : ? votre avis, est-ce que la France peut orienter les relations Chine-UE ?

Wang Yi : Cette année marque le 15e anniversaire du partenariat global stratégique Chine-UE. En début de l'année, le Président fran?ais Emmanuel Macron a été le premier chef d'?tat étranger à effectuer une visite d'?tat en Chine et les relations sino-fran?aises affichent une grande vitalité. La Première Ministre britannique Theresa May a également visité la Chine et les relations sino-britanniques connaissent une ère d'or renforcée. Nous espérons qu'en 2018 les relations sino-européennes pourront poursuivre cette belle dynamique et accéder à de nouveaux paliers. Nous nous réjouissons de voir la France jouer un r?le encore plus important dans ce sens. La coopération en matière de gouvernance mondiale est maintenant un nouveau point fort dans la coopération sino-européenne. Préserver le système mondial de libre-échange est la responsabilité commune de la Chine et de l'Europe. La conclusion d'un accord Chine-UE sur la protection des investissements doit être accélérée.

Il existe entre la Chine et l'Europe des désaccords. Mais les deux parties sont conscientes qu'il faut penser davantage à la place de l'autre et faire preuve de davantage d'ouverture, de tolérance et de compréhension mutuelle. La Chine attache depuis toujours une grande importance à l'Europe. Elle soutient l'intégration européenne et elle est optimiste sur l'avenir de l'Europe. Nous entendons ?uvrer ensemble avec l'Europe pour apporter plus de facteurs de stabilité et d'énergies positives à ce monde plein d'incertitudes.

CNS : Les Chinois applaudissent ce qui a été fait ces dernières années dans la protection consulaire et en attendent de plus en plus. Mais certains pensent que l'opinion publique doit se faire une idée raisonnable sur la protection consulaire. Qu'en pensez-vous ?

Wang Yi : La protection consulaire est une question incontournable lors de mes points de presse, car elle concerne les intérêts et le bonheur de tous les Chinois. C'est un devoir impératif du MAE.

En 2017, 130 millions de citoyens chinois ont effectué des voyages à l'étranger. Devant les missions de plus en plus lourdes en matière de protection consulaire, nous avons toujours à c?ur l'intérêt du peuple. Nous ?uvrons à construire un système de sécurité pour les ressortissants chinois composé de six piliers : support juridique, construction institutionnelle, évaluation des risques, alerte de sécurité, prévention et sensibilisation, et gestion de crises. En 2017, le MAE a géré plus de 70 mille cas de protection et d'assistance consulaires, y compris le rapatriement des touristes chinois de Bali frappé d'éruption volcanique et le transfert des ressortissants chinois de la Dominique, victime de l'ouragan, aux zones s?res. Le numéro vert 12308 a re?u 170 mille appels, soit 100 mille appels de plus qu'en 2016. La prévention est la meilleure protection. En 2017, le MAE a émis plus de 1 000 avis aux voyageurs, leur permettant de contourner de nombreux risques même avant de sortir du pays.

Avec le développement du pays et la multiplication des échanges avec l'extérieur, les citoyens chinois ont plus de sens de la civilité, savent mieux protéger leurs droits en vertu de la loi et ont plus de conscience de défendre l'image du pays. C'est un soutien énergique à nos actions de protection consulaire.

En 2018, nous allons continuer à travailler pour renforcer le mécanisme sur la sécurité des Chinois en outre-mer. J'aimerais annoncer trois bonnes nouvelles.

D'abord, le MAE travaille à promouvoir le travail législatif sur la protection et l'assistance consulaires. Nous allons consulter l'opinion publique sur ce sujet après les sessions parlementaires. Vos propositions sont les bienvenues.

Ensuite, en plus du site web du service consulaire de Chine, du compte WeChat de 12308, du compte Weibo Affaires consulaires, nous sortirons bient?t l'application smartphone de 12308 pour fournir à tout le monde un meilleur service de proximité.

Enfin, à partir de demain, toutes les missions diplomatiques et consulaires de Chine réduiront de deux tiers les frais de l'authentification consulaire pour les citoyens chinois. Selon les calculs préliminaires, ce sera une économie de plus de 10 millions de yuan RMB pour les citoyens et entreprises chinois.


TASS:Quels sont les objectifs que la Chine souhaite réaliser lors du Sommet de Qingdao ?

Wang Yi : L'OCS a été créée en Chine et le Sommet de Qingdao sera le premier après l'élargissement de l'organisation. Nous serons très heureux d'accueillir en Chine un nouveau sommet de l'OCS et Qingdao sera un nouveau départ. Nous espérons travailler ensemble avec les autres membres pour réaliser trois objectifs.

Premièrement, renforcer la cohésion. L'esprit de Shanghai marqué par la confiance mutuelle, le bénéfice réciproque, l'égalité et les consultations est la vocation initiale de l'OCS. Nous ?uvrerons ensemble avec les autres membres pour porter l'esprit de Shanghai, accro?tre la confiance mutuelle et la solidarité entre les membres et construire ensemble une communauté de destin de l'OCS encore plus étroite.

Deuxièmement, accro?tre les capacités d'action. La coopération pragmatique, efficace et mutuellement bénéfique est le moteur du développement de l'OCS. Nous ?uvrerons ensemble avec les autres membres pour élaborer le Plan d'application du Traité sur le bon voisinage, l'amitié et la coopération de long terme de l'OCS pour les cinq ans à venir. Et nous allons signer et adopter des résolutions et des documents de coopération en ce qui concerne la sécurité, l'économie, le commerce, la protection de l'environnement et les échanges humains et culturels pour accompagner les membres dans leur participation à la construction du projet ? la Ceinture et la Route ? et ce afin de réaliser un développement sur tous les plans de l'OCS.

Troisièmement, accro?tre l'influence. Préserver la paix et la stabilité dans la région et dans le monde est l'obligation internationale qui incombe à l'OCS. Nous ?uvrerons ensemble avec les autres membres pour répondre aux attentes de la communauté internationale, faire entendre davantage la voix de l'OCS sur les grandes questions internationales et régionales et jouer un r?le plus important dans la coopération régionale et la gouvernance économique mondiale.

Le Sommet de Qingdao posera un nouveau jalon dans le développement de l'organisation et ouvrira une nouvelle ère pour cette organisation régionale de type nouveau.

CRNTT:Après la Gambie et Sao Tomé-et-Principe, l'année dernière, le Panama a choisi de rompre ses relations avec Taiwan pour établir des relations diplomatiques avec la partie continentale de la Chine. Est-ce qu'il y aura une ? avalanche de ruptures de relations diplomatiques ? que craint l'opinion de Taiwan ?

Wang Yi : Il n'y a qu'une seule Chine dans le monde. Taiwan en fait partie inaliénable. C'est déjà un consensus de la communauté internationale depuis des années. S'attacher au principe de l'unicité de la Chine et ne développer aucun lien officiel avec Taiwan, c'est déjà devenu une règle internationale observée par tous les pays. ?tablir des relations diplomatiques et développer une coopération normale avec le gouvernement de la République populaire de Chine, le seul représentant légal de toute la Chine, sont évidemment un bon choix qui correspond au courant de l'époque et aux intérêts propres et de long terme des pays et peuples concernés. C'est une tendance générale et irrésistible.

Reconna?tre le Consensus de 1992 et le fait que les deux c?tés du Détroit de Taiwan appartiennent tous à la seule Chine, c'est la clé pour promouvoir les relations inter-détroit. C'est à ceux qui ont fait le n?ud de le défaire. Les autorités de Taiwan doivent revenir rapidement sur la voie correcte du Consensus de 1992 pour ouvrir de belles perspectives pour le développement pacifique des relations inter-détroit.


Agence EFE : Les ?tats-Unis ont averti les pays d'Amérique latine de l'influence de la Chine dans la région. Qu'en pensez-vous ?

Wang Yi : La coopération entre la Chine et l'Amérique latine est une entraide et un soutien mutuel entre pays en développement. Elle ne vise, ni ne remplace qui que ce soit. Et la Chine ne touchera au fromage de personne. Cette coopération a connu un développement rapide parce qu'elle répond aux besoins des pays dans la région et a permis d'améliorer les conditions de vie de la population et d'accro?tre les capacités d'autodéveloppement des pays de cette région. Au cours des 5 ans écoulés, le Président Xi Jinping a effectué trois déplacements dans cette région et visité 10 pays latino-américains. La coopération entre la Chine et l'Amérique latine ne cesse de s'élargir et de s'approfondir et accède à de nouveaux paliers. La Chine est aujourd'hui un principal partenaire commercial pour beaucoup de pays dans cette région, et les entreprises chinoises y ont créé plus de 1,8 million de postes d'emploi. Comme dit un vieil adage chinois, la montagne et la mer ne sauraient jamais éloigner les personnes avec les mêmes idéaux. Cela décrit parfaitement les relations actuelles entre la Chine et l'Amérique latine. Le vaste océan Pacifique relie la Chine et l'Amérique latine qui sont aujourd'hui des partenaires malgré l'éloignement géographique.

Agence Xinhua : Dans le rapport du XIXe Congrès du PCC, le Secrétaire général Xi Jinping a souligné qu'il faudra promouvoir intégralement la diplomatie de grand pays à la chinoise et ?uvrer à construire un nouveau modèle de relations internationales et une communauté de destin pour l'humanité. Comment envisagez-vous cette diplomatie de grand pays à la chinoise à l'avenir ?

Wang Yi : Dans son rapport présenté au XIXe Congrès, le Secrétaire général Xi Jinping a dit que le PCC devrait non seulement ?uvrer pour le bien-être des Chinois, mais aussi pour le progrès de l'humanité. Le PCC a toujours pour vocation d'apporter de plus grandes contributions à l'humanité.

Avec cette conviction et ce sens des responsabilités, nous aurons une plus grande vision. En ?uvrant à créer un meilleur environnement extérieur pour son développement, la Chine, avec une vision mondiale, travaillera ensemble avec tous les pays pour construire la communauté de destin pour l'humanité. Nous avons défini comme objectifs généraux la construction d'un nouveau modèle de relations internationales marquées par le respect mutuel, l'équité, la justice et la coopération gagnant-gagnant et la construction d'un monde beau, propre, caractérisé par l'ouverture, l'inclusion, la paix durable, la sécurité globale et la prospérité commune.

Nous aurons un esprit plus ouvert. Quel que soit son niveau de développement, la Chine est toujours d'avis que les pays, grands ou petits, sont égaux, et qu'il faut respecter les différentes civilisations, adopter la juste conception de la justice et des intérêts et s'opposer à ce que les grands et puissants pays malmènent les petits et faibles. Nous allons toujours défendre la justice en faveur des pays petits et faibles et aider les pays sous-développés à réaliser leur développement.

Nous jouerons plus activement notre r?le. En répondant aux attentes croissantes de la communauté internationale et fidèle à la conception de gouvernance mondiale dite ? concertation, synergie et partage ?, la Chine prendra une part plus active dans la réforme et la construction du système de la gouvernance mondiale, participera de manière plus constructive au règlement des points chauds régionaux et internationaux, et ?uvrera plus efficacement à relever les défis planétaires avec toutes les parties.

Quand la Justice prévaut, le monde devient une communauté. Nous défendrons fermement la souveraineté d'?tat et la dignité de la nation, travaillerons avec détermination en faveur de la justice internationale et du progrès de l'humanité. Nous resterons toujours un b?tisseur de la paix mondiale, un contributeur au développement dans le monde et un défenseur de l'ordre international.

La conférence de presse a duré deux heures. Près de 600 journalistes chinois et étrangers y ont participé.

转自:外交部(https://www.fmprc.gov.cn/fra/zxxx/t1540952.shtml